S'il existe un personnage qui fut célèbre et populaire en son temps, c'est bien Jean Thomas dit le grand Thomas.
Né à la fin du 17e siècle dans une famille modeste, Jean Thomas était un véritable titi parisien. Bien qu'enfant issu d'un milieu très populaire, il parvint à faire de sérieuses études et fit un stage à l'Hôtel-Dieu comme garçon-chirurgien. Il obtint facilement son diplôme car son intelligence était très vive ; mais plutôt que d'acquérir un cabinet, il préféra la rue.
Vers 1715 on pouvait le trouver installé au Pont-Neuf, face à la statue du Bon Roy Henry (l'inventeur de la poule au pot), c'est-à-dire au quasi centre géographique de Paris, en un lieu très fréquenté par les badauds parisiens. Il se tenait sur un grand char à plate-forme, avec une balustrade et un important toit bombé.
Afin d'exercer avec panache son métier d'"empirique" il arborait un costume remarquable propre à frapper l'esprit des foules : habit rouge, grand chapeau orné de plumes de paon, collier de dents humaine et grande épée au côté.
Sa voix était puissante, comme son personnage d'une carrure peu commune ; on pouvait l'entendre des deux côtés de Seine lorsqu'il faisait son boniment. Il était aidé par un valet qui tapait sur un tambour ou tenait les patients pendant que deux musiciens faisaient un tapage à rendre sourd afin de couvrir les hurlements des martyrs.
- Et en avant la musique !

Pour six sous il vendait un Baume miracle, qui guérissait de toutes les maladies (surtout les maladies secrètes) ou, au choix, il arrachait les dents.
Il opérait d'un coup de poignet vigoureux avec des instruments primitifs, et parfois à mains nues, et, en deux coups de cuillère à pot, le malheureux patient était "soulagé" et, encore tout ensanglanté, expédié (afin de se désinfecter la bouche et reprendre des forces) chez la tenancière la plus célèbre du Pont : la mère Rogomme, à la voix éraillée et marchande d'eau de vie.

Le Grand Thomas prétendait, dans son boniment, arracher les dents sans douleur. Pour en faire la preuve, il louait couramment les services d'un compère, à qui, contre la remise de quelques sous, il arrachait une dent et qui déclarait n'avoir rien senti, à l'assistance, qui ne demandait qu'à le croire. De là sûrement l'expression "mentir comme un arracheur de dents".

Grand Thomas, du fait de sa position géographique et la terreur qu'il inspirait, était le protecteur de tous les mendigots, voleurs, tire-laine et de toutes les filles qui hantaient les lieux ; avec une certaine prédilection pour ces demoiselles dont il était une sorte de super-maquereau.

En 1729, lors de la naissance de M. le Dauphin, fils tant attendu de Louis XV le bien-aimé et de Marie Leckzynska, il voulut offrir une fête avec bal et distribution de vin et nourriture gratis. Or cette fête fut interdite par la police et notre Grand Thomas faillit se faire écharper par la populace en furie. A la suite de quoi, désirant soigner tout particulièrement sa publicité et se réconcilier avec ces clients, il fit, en grande pompe, le voyage à Versailles pour déposer ses hommages aux pieds du royal poupon.