Un fabricant de Budapest est en possession d'une poudre grâce à laquelle il est possible de mettre la main sur les voleurs.
Le fabricant en question, faisait, depuis quelques semaines, la pénible constatation que sa caisse était journellement mise au pillage par un voleur inconnu. Toutes les investigations étant demeurées sans résultat, de guerre lasse, l'industriel s'adressa à M.J. Teleck, professeur à l'Ecole commerciale de Frankstadt.
Celui-fi lui remit une poudre en lui recommandant de la répandre chaque soir sur le coffre-fort. Ladite poudre à la propriété de teindre la peau en bleu, de prendre une couleur plus vive par le lavage même et de résister au savon.
Dès le premier jour de l'expérience, le fabricant constata que quatre-vingts couronne avaient disparu de la caisse. Il réunit immédiatement le personnel de la fabrique et les employés durent les uns après les autres passer au lavabo.
L'un des employés parut mettre peu d'empressement à s'éxécuter. Il finit néanmoins par suivre ses camarades. A peine avait-il plongé ses mains dans l'eau, qu'on les vit prendre une coloration bleu foncé. Le fabricant alla droit à l'homme.
"C'est toi le voleur !" s'écria-t-il.
Le malheureux, un ouvrier, fit aussitôt ses aveux.
Le chef de la police municipale, à qui le fabricant était venu raconter son aventure, s'est fait, parait-il, remettre un échantillon de la poudre merveilleuse.

Article écrit en 1894