barber_shop

Un barbier de je ne sais plus quel endroit, dont le talent consistait uniquement à tailler la barbe et les cheveux, et qui ignorait totalement l'art de confectionner une perruque, avait imaginé, pour achalander sa boutique, de faire peindre sur une gigantesque enseigne un homme près de se noyer et qu'un hardi et charitable nageur va retirer de l'onde. Ce sauveteur saisit l'homme par les cheveux ; mais... ces cheveux ne sont autre chose qu'une perruque, et cette perruque lui reste dans la main, tandis que l'infortuné continue à s'enfoncer dans l'eau. Aussi l'enseigne portait-elle, inscrite en gros caractères, cette devise : "A l'inconvénient des perruques !".

perruque


Un autre barbier, qui, lui, se glorifiait de fabriquer les perruques mieux que quiconque, et dont cette fabrication était la spécialité, avait sa boutique située presque en face de la précédente, et ce n'était pas sans dépit qu'il voyait tous les clients lui tourner le dos et affluer chez son confrère.
Comment s'y prendre pour les ramener à lui et transformer en amis ces ennemis des perruques ? Il y réfléchit longtemps et finit par se dire qu'il lui fallait avoir, lui aussi, son enseigne parlante ; mais laquelle ?
Après y avoir mûrement réfléchi, il s'avisa de faire représenter sur un immense tableau fixé au-dessus de sa porte, le fils de David, Absalon, mourant accroché par les cheveux aux branches d'un arbre, avec cette légende :
"Il eût été sauvé, s'il eût porté perruque !"
La foule néanmoins ne se laissa pas convaincre par ce souvenir si plein d'à propos et d'éloquence ; elle continua de se diriger vers la boutique du barbier, et de délaisser celle du perruquier.
Celui-ci en était réduit à soupirer :
"Ah ! on voit bien que le temps des perruques est à jamais passé !"
Il termina par où il aurait dû commencer : il se mit à apprendre à bien couper les cheveux et à tailler les barbes.