Dans un congrès scientifique qui s'est tenu à Rome, les savants les plus autorisés de l'Italie se sont occupés du costume féminin. Ils ont été unanimes à condamner, au nom de l'hygiène et de la prophylaxie, la mode des jupes longues. Un jupeslonguesmédecin, le docteur Casagrandi, a montré d'une façon saisissante et par des expériences les inconvénients et les dangers de ce vêtement. Il a eu l'idée de faire porter par un certain nomes de dames des jupes dont la traîne, formée d'une bande mobile haute de vingt centimètres, était soumise, après une heure de promenade dans les rues de la ville, à un examen microscopique.
Sur chacune des traînes, le docteur Casagrandi a constaté des colonies entières de microbes et de bacille. Influenza, tuberculose, fièvre typhoïde, tétanos, tels sont les moindres maux dont les mères, après chaque promenade, rapportent les germes auprès des berceaux de leurs enfants. En présence de ces constations, les hygiénistes présents au congrès de Rome n'ont pas hésité à proscrire l'emploi de la traîne. Attendons-nous à voir, dans un prochain avenir, la jupe courte des bicyclistes ou même la tenue masculine adoptée comme tenue de ville par les élégantes de l'univers entier, ainsi amenées par persuasion à renoncer aux modes coûteuses et antihygiéniques d'autrefois.

Article de 1901