Un des comiques du cinéma muet.
Nom véritable :
Charles Seigneur-Petitdemange
Nationalité française
Né le 8 septembre 1872 à Paris
Signe astral : Vierge
Décédé en 1933

Le moins que l'on puisse dire c'est que le petit Charles Seigneur-Petidemange n'est pas beau. Nez épaté,Num_riser dents écartées, il ne respire pas l'intelligence et pourtant il va devenir en quelques années le rival acharné de Max Linder (sans toutefois l'égaler). Issu du théâtre (le cinéma n'existait pas encore), il joue tout le répertoire et se taille une belle réputation sur les scènes du Palais-Royal et des Variétés sous le pseudonyme de Prince. Il débute au cinéma en 1908 dans le film de Capelli, L'Armoire normande, mais c'est trois ans plus tard qu'il va se faire connaître dans une série de bandes filmées qui vont en faire une vedette internationale à l'égal de Max Linder sous le nom cette fois de Prince-Rigadin qui deviendra Moritz en Allemagne, Tartufino en Italie, Prenz en Russie, Salustino en Espagne, Whiffles en Angleterre ou Prince-Rigadin en Orient. Cette série est mise en scène par Georges Monca, un honnête réalisateur dont le nom ne restera pas dans les mémoires. Ensemble ils tournent un film par semaine et l'acteur "bureaucrate" interprète tour à tour un mari, un escrimeur, un cuisinier, un voleur, un président de la République, Cendrillon, Napoléon. Tout est bon pour faire rire et Prince-Rigadin n'est pas manchot pour exciter le rire bien gras.

Populaire
Il est très populaire et ses niaiseries lourdes ont l'art d'amuser un public d'inconditionnel. Il joue les balourds, les jocrisses ou les ahuris avec un art consommé de l'outrance, faisant des yeux en bille de loto. Après la guerre, il tente de revenir sur les écrans, semble y parvenir (Embrassez-moi de Robert Peguy), tâte même du parlant avec Tourneur, Partir, et Alexandre Ryder dans l'Ane de Buridan mais il meurt en 1933 à l'âge de 61 ans.

Ses grand films
1908 : L'armoire normande (A. Capellani)
1910/1917 : Série des Rigadin (G. Monca)
1917 : Le Périscope de Rigadin (G. Monca)
1920 : Les femmes collantes (G. Monca), Chouquette et son as (G. Monca)
1921 : Le Meurtrier de Théodore (G. Monca)
1928 : Embrassez-moi (R. Péguy)
1930 : Le tampon du Capiston (J. Toulout)
1931 : Partir (J. Tourneur)
1932 - L'Ane de Buridan (A. Ryder)