Une quintuple union s'est nouée dernièrement entre deux familles habitant à Sanary (Var). La chose, quoiqueykm4mpmk très compliquée, n'en est pas moins fort bizarre au point de vue des parentés qu'elle entraîne.
Dans la première de ces familles se trouve comme chef un homme de soixante-quinze ans, déjà veuf deux fois, qui a une demoiselle âgée de quarante-huit ans et trois petits-enfants : un ancien soldat médaillé de vingt-cinq ans et deux jeunes filles de vingt et seize ans.
La seconde famille est composée d'une vénérable veuve de soixante quatorze ans, qui a un fils de cinquante ans, veuf, et trois petits-enfants : deux garçons de vingt-cinq  et vingt ans et une fille de seize ans.
Ceci étant posé, voici les cinq mariages : le premier est celui des deux ancêtres, le veuf de soixante-quinze ans et la veuve de soixante-quatorze ans, qui vont unir leur 149 printemps ; le second est celui du fils de la veuve de soixante-quatorze ans, lui-même âgé de cinquante ans, qui épouse la demoiselle de quarante-huit ans de l'autre famille ; le troisième est celui du médaillé de vingt-cinq ans avec la fillette de seize ans de l'autre famille (fille du veuf de cinquante ans) ; le quatrième celui du jeune homme de vingt-cinq ans (fils du veuf de cinquante ans) avec la jeune fille de vingt ans, petite-fille du veuf de 75 ans, enfin le cinquième sera celui du fils de vingt ans (du père de cinquante ans) avec la fillette de seize ans, autre petite-fille du veuf de 75 ans.
De cette quintuple union résultent des parentés multiples et passablement enchevêtrées ; les deux ancêtres du premier mariage se trouvent père, mère, beau-père et belle-mère des deux conjoints du deuxième et deux fois grand-père et grand-mère des six conjoints des trois derniers mariages ; le deux du deuxième sont fils, beaux-fils, fille et bru des deux du premier et père, beau-père, oncle, belle-mère et tante de ceux des trois derniers ; enfin, les six conjoints des trois derniers, d'abord frères, soeurs, beaux-frères et belles-soeurs entre eux, se trouvent deux fois petits-fils et petites-filles des deux du premier mariage, et fils, gendres, neveux, filles brus et nièces des deux du deuxième.
OUF !!! Est-ce tout ? Non, si des enfants surviennent de ces différents mariages.

Article de 1901