Notre monde terrestre peut mourir de bien des façons. En voici toujours une, inédite, que je vous livre.dhuhxgbf
D'après Lord Kelvin, la fin du monde sera déterminée par l'épuisement de l'oxygène, sans lequel une foule de phénomènes vitaux (lesquels ont apparemment une certaine importance), ne seraient ni réalisables ni même concevables.
Le fait est qu'un jour ou l'autre, il faut nous attendre à manquer d'oxygène, puisqu'on en consomme sans cesse et qu'on ne renouvelle jamais la provision.
Cependant, ce jour-là n'est pas près de venir et nous pouvons dormir, en attendant, sur les deux oreilles.
Si l'on mettait, en effet, l'atmosphère terrestre tout entière sur le plateau d'une balance, il faudrait, pour l'équilibrer, 581.000 cubes de cuivre et 1.000 mètres de côté, soit 5 quadrillons de tonnes.
En supposant donc qu'un milliard d'êtres humains absorbent de l'oxygène et que les animaux et les combustions en prennent trois fois plus, l'oxygène disparu ne représenterait pas au bout d'un siècle le poids de plus de quinze de ces cubes de cuivre.
C'est-à-dire que, dans ce laps de temps, l'oxygène aurait diminué de 1/8000 au maximum, c'est-à-dire d'une quantité tout à fait infinitésimale échappant même aux plus subtiles analyses.

Article de 1901