pissenlitSelon un médecin du seizième siècle, l'ingestion d'une herbe appelée taraxacumtaraxacum provoque dans la vessie des enfants l'arrivée, qui se fait surtout durant le sommeil, de plus de liquide qu'elle en peut contenir. Et il conclut: Eoque tunc imprudentes stagula permingant, ce qui constitue une façon élégante d'explique l'humidité qu'on constaterait souvent dans les literies des enfants.
C'est pour cette raison que le taraxacumtaraxacum reçut le nom de pissenlit.
On n'a jamais bien établi si cette réputation était justifiée on non. Quoi qu'il en soit, c'est une croyante générale, dans toutes les régions, que le fait de manger du pissenlit, ou même seulement d'en sentir la fleur, peut provoquer cet accident gênant. On attribue d'ailleurs beaucoup d'autres méfaits à la fleur du pissenlit : celui qui la cueille risque d'être victime d'un vol, ou d'avoir de mauvaises récoltes.
C'est surtout quand la fleur du pissenlit est montée en graine qu'elle tient un rôle important dans les traditions populaires. Si une fille souffle le duvet d'un seul coup, c'est qu'elle a encore toute son innocence... Autant de fois elle doit souffler pour enlever le duvet, autant d'années il lui faudra attendre pour se marier... Les jeunes gens pouvaient également se servir de cet oracle : si le garçon, en soufflant, fait s'envoler tout le duvet à la fois, c'est que la jeune fille qu'il courtise l'aime sincèrement ; autrement c'est que la fille se moque de lui.
Les enfants qui se sont éloignés pour jouer y trouvent eux aussi des indications : si le duvet ne s'envole pas d'un seul coup, c'est que leurs parents ne les appellent pas encore pour manger.pissenlit1
Mettre un bouquet de pissenlits, la nuit, sur le rebord de la fenêtre d'une personne, c'est une façon de l'avertir d'une infortune conjugale.
Le pissenlit en graine est, d'autre part, utilisé pour la prévision du temps : si le duvet s'envole, c'est qu'il fera beau ; s'il tombe par terre immédiatement, c'est qu'il va pleuvoir. Il est possible qu'il y ait quelque chose dans cette croyance, le mouvement du duvet pouvant être expliqué par l'état hygrométrique de l'air.
Au dix-septième siècle, on attribua de grandes vertus thérapeutiques au pissenlit : tour à tour analgésique, fébrifuge, barbiturique, il entra dans de nombreuses préparations pharmaceutiques.
Vers la fin de la Renaissance, on commença à l'améliorer par la culture et, dans les campagnes, il est encore souvent accommodé comme les épinards ; on le sert alors généralement avec du rôti de porc.