Num_riser0006Certains ont du talent, Gainsbourg  a du génie. Compositeur, interprète, poète, peintre, cinéaste et philosophe à ses heures, il était tout à la fois : un artiste complet en marge de la bonne société, en avance, toujours, en déséquibibre constant, en secret équilibre.
Tout petit déjà, Lucien Ginzburg sent qu'il n'est pas comme les autres. Fils d'immigré russe, il doit assumer un physique ingrat : des oreilles en forme de choux. Commençant des études de peinture, il les arrête brutalement. Musicien classique, c'est en voyant Boris Vian pour la première fois, qu'il décide de changer de registre. Avec le Poinçonneur des Lilas (1958), le public découvre un jeune chanteur étrange, décalé, empreint d'une grande poésie. Il compose pour Juliette Gréco, la Javanaise (1963), France Gall avec qui il gagne l'eurovision (1965) pour Poupée de cire, poupée de son et enchaîne les mémorables Sucettes à l'anis (1969).
Gainsbourg tombe amoureux de Bardot qui se refuse à lui. Inconsolable, il lui dédie le scandaleux Je t'aime moi non plus (1967). En 1968, c'est la rencontre avec Jane Birkin et la naissance du couple le plus sulfureux de l'époque. Leur histoire durera dix ans. Gainsbourg compose Décadanse, Sea sex and sun (1969) et fait scandale. Jane Birkin devient son égérie, son inspiratrice, il lui compose des chansons magnifiques Mélodie Nelson, Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve...Num_riser0001
Ses textes sont mélancoliques, clairvoyants et désabusés. Jeux de mots, mélodies originales et thèmes provoquants. Gainsbourg innove, dérange, séduit. Dès les années 80, l'artiste se protège derrière un personnage public et joue les indélicats. Barbe de trois jours, cheveux longs, alcool et cigarettes : Gainsbarre est né. Il aborde dans ses chansons les thèmes difficiles : homosexualité, inceste (Lemon Incest 1984) tourne des films choquants avec sa fille Charlotte (Charlotte for ever). Pour le plus grand bonheur des journalistes, il multiplie les provocations : un billet de cinq cents francs brûlé en direct à la télévision, mais un chèque de cent mille francs adressé à une oeuvre caritative en coulisse.
Je suis venu te dire que je m'en vais (1973) marque la rupture avec Birkin. Il compose alors pour Catherine Deneuve Dieu est un fumeur de havanes (1980) et réorchestre la Marseillaise sur un rythme reggae  (Aux armes et caetera), elle sera interdite. Dieu vivant, brûlot de la jeunesse, Gainsbourg joue de son influence et prend position contre la drogue (Enfants de la chance, 1987). En 1981, il épouse Bambou, une jeune Eurasienne qui lui donnera un fils Lucien, dit Lulu.
Attirant et insupportable, charismatique et léger, grave et cynique, Gainsbourg était un poète avant tout. Ceux qui l'ont approché ont été émus, fascinés par cet être tourmenté, libre et sincère.